COUP D’ENVOI D’UNE SAISON DIFFÉRENTE QUI FERA DU BIEN DU CÔTÉ DES FESTIVALS ET ÉVÉNEMENTS : QUE LA FÊTE RECOMMENCE!

À quelques jours de l’entrée en vigueur de nouvelles règles sanitaires en ce qui concerne les festivals et événements et alors que commence une saison différente de rendez-vous, des dirigeants de l’industrie et leur association – le Regroupement des événements majeurs internationaux (RÉMI) – ont invité les Québécoises et Québécois à les retrouver cet été à de multiples occasions qui feront du bien.

Durant ce coup d’envoi virtuel de la saison, ils ont aussi pris l’engagement d’offrir un cadre sanitaire sécuritaire à leurs festivaliers et ont dit compter sur leur plus étroite collaboration et leur compréhension.

Les représentants de grands événements se sont montrés heureux de participer au retour à une certaine « normalité », de retrouver une partie de leurs festivaliers, tout en étant ravis de redonner du travail à leurs équipes, aux artisans et techniciens qui gravitent autour, tout comme à l’ensemble de l’écosystème qui va des firmes de son, d’éclairage et d’effets spéciaux, par exemple, jusqu’aux restaurateurs et hôteliers qui ont, eux aussi, beaucoup souffert durant la pandémie de COVID-19.

La saison qui commence normalement autour de la Fête des Patriotes se mettra en branle cette année au lendemain de la Fête nationale, au FestiVoix de Trois-Rivières, et elle se déploiera partout au Québec jusqu’à la mi-septembre. Elle comprend notamment quatre événements qui ont repoussé leurs dates, soit les Francos de Montréal, le Festival international de jazz de Montréal, Go Vélo Montréal et l’International des Feux Loto-Québec qui a choisi d’offrir un spectacle pyrotechnique à la Fête du Travail. En incluant les membres affiliés du RÉMI, plus de 25 événements importants se dérouleront d’ici à la clôture du Festival western de St-Tite.

REMERCIEMENTS AUX GOUVERNEMENTS
En présence de la ministre du Tourisme, Mme Caroline Proulx, et du ministre du Patrimoine canadien, M. Steven Guilbeault, le RÉMI en a profité pour réitérer ses remerciements aux gouvernements du Québec et du Canada. En effet, les budgets présentés récemment comprenaient des sommes importantes qui suppléent pour une part à la disparition quasi complète des revenus autonomes des festivals et événements. Ces derniers ont été privés de leur public « en personne » depuis avril 2020. Les revenus autonomes (de billetterie, de ventes sur le site, de commanditaires, etc.) représentent normalement 84 % des revenus totaux des membres du RÉMI.

NOUVELLES RÈGLES DÈS VENDREDI
À compter de ce vendredi, les règles sanitaires changeront afin de permettre une capacité de 3 500 personnes assises sans obligation de sections distinctes. Il sera possible d’accueillir jusqu’à 3 500 festivaliers debout (ou assis sans places fixes) sur un site, en autant que cela se fasse par l’addition de sections indépendantes contenant chacune jusqu’à 250 personnes au maximum et prévoyant que chaque « bulle » dispose d’assez d’espace pour maintenir une distanciation adéquate. On pourra également multiplier les sites comptant 3 500 participants, en autant qu’ils soient éloignés de 500 m.

Pour la présidente du conseil d’administration du RÉMI, Mme Louise Beaudoin, la saison qui s’amène est une occasion privilégiée de se retrouver. « Les événements québécois forment une part de notre identité collective, a-t-elle déclaré. À travers eux, célébrons-nous. Célébrons ce que nous avons bien fait ensemble et solidairement depuis près de 16 mois ». Quant au président-directeur général du Regroupement, M. Martin Roy, il a lancé un appel plus large aux communautés de partout au Québec, non seulement pour qu’elles participent à leurs événements, autant que le permettront les règles, mais aussi qu’elles les soutiennent. « Les temps ont été durs. Nous comptons sur les commanditaires et les partenaires de toutes sortes pour qu’ils reviennent à nos côtés et fassent de cette saison inédite un succès inspirant et durable, un tremplin vers 2022 », a-t-il ajouté.


Rapport annuel 2020

Vous pouvez consulter le rapport annuel 2020 du REMI en cliquant sur le lien ci-bas.

Consulter le rapport

Au moment de clore le rapport annuel 2020, il est à espérer, cette fois, que le retour à la normale soit vraiment pour bientôt, les festivals et événements étant engagés dans un long marathon qui pourrait encore en emporter plusieurs.

Et s’il y aurait beaucoup à dire — ou à écrire — sur la pandémie telle que l’ont vécue durement les festivals et événements partout dans le monde, une chose est certaine : le fait de l’avoir vécue ici ensemble, au sein de la famille qu’est devenue le RÉMI pour ses membres, a certainement procuré un peu de réconfort.


Budget fédéral 2021 : FAME ET LE RÉMI EXTRÊMEMENT RECONNAISSANTS ENVERS LE GOUVERNEMENT TRUDEAU

Le très attendu budget fédéral 2021-2022, publié aujourd'hui, contenait les meilleures nouvelles pour les festivals et événements depuis un an, sinon plus.

Plus précisément, le gouvernement du Canada a répondu à la recommandation de soutenir les festivals et événements avec pas moins de 200 millions $ pour les grands festivals (à travers les agences de développement économique) et 200 millions $ pour appuyer notamment les festivals locaux (par l’entremise de Patrimoine canadien).

Pour cela, Festivals et événements majeurs Canada (FAME) et le Regroupement des événements majeurs internationaux (RÉMI) sont extrêmement reconnaissantes envers le gouvernement Trudeau. Les associations soulignent le travail du ministre du Patrimoine canadien, Steven Guilbeault, et celui de la ministre du Développement économique, Mélanie Joly, tout comme l’écoute de la ministre des Finances, Chrystia Freeland. Elles les remercient chaleureusement, de même que leurs équipes.

Le gouvernement du Canada reconduit aussi des sommes « hors-COVID » ajoutées en 2019 au Fonds du Canada pour la présentation des arts et au Développement des communautés par le biais des arts et du patrimoine, les deux principaux outils bénéficiant aux festivals et événements. L’ajout annuel qui avait alors été fait, de l’ordre de 15 M $, n’avait été prévu que pour deux ans, avant d’être refait pour une année. Le voilà qui est prolongé pour deux autres années, incluant 2023-2024.

Par ailleurs, les associations avaient été très actives, notamment au sein de la Coalition des entreprises les plus durement touchées, pour que la Subvention salariale d’urgence du Canada soit de nouveau prolongée, puisque celle-ci permet de maintenir les équipes en place et l’expertise. Sa prolongation jusqu’à la fin de septembre par le gouvernement canadien est une excellente nouvelle

Pour FAME, qui représente plus de 500 événements à travers le Canada, ces mesures reconnaissent aussi le rôle fondamental joué par les festivals et les événements dans l’écosystème culturel et touristique du Canada.

« Si la pandémie est loin d’être terminée, les Canadiennes et Canadiens peuvent aujourd’hui espérer raisonnablement conserver au terme de celle-ci les festivals et événements qui leur sont chers, où ils pourront dès que possible à nouveau célébrer avec leurs proches et leur communauté », a déclaré le directeur général de FAME et président-directeur général du RÉMI, Martin Roy.

Une étude de KPMG réalisée en 2017 a évalué qu'un groupe de 17 événements canadiens a généré un impact économique annuel de 290,8 M $ au PIB, créé ou maintenu l'équivalent de 4606 emplois (équivalent temps plein) et produit des revenus fiscaux de 66,6 M $ dont 17,3 M $ sont allés au gouvernement fédéral. Cette même étude a conclu que le gouvernement canadien a récupéré 1,78 fois son investissement dans les festivals et événements sous forme de taxes et d’impôts.

Enfin, FAME offre son plein soutien à la mise en œuvre des nouvelles mesures annoncées dans le budget fédéral et se réjouit d'aider le gouvernement à exploiter davantage l'énorme potentiel du secteur des festivals et événements pour stimuler la reprise économique et touristique à la suite de la crise sanitaire de la COVID-19.


BUDGET 2021 : LE RÉMI REMERCIE LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC

Le Regroupement des événements majeurs internationaux (RÉMI) remercie le gouvernement du Québec, et plus particulièrement la ministre du Tourisme, Caroline Proulx, pour avoir inclus dans le budget du Québec 2021-2022 un ajout de 15 M $ sur les deux prochaines années dans l’enveloppe du Programme d’aide aux festivals et événements touristiques, soit 10 M $ dès cette année et 4,9 M $ l’an prochain.

Considérant que les festivals et événements québécois ont été privés de l’essentiel de leurs revenus autonomes depuis le début de la pandémie et que ces derniers représentent normalement 84 % des revenus des membres du RÉMI, l’association avait demandé d’augmenter le budget du Programme d’aide financière aux festivals et événements touristiques, qui est devenu l’une des seules sources de revenus.

« Cela contribuera à maintenir en place les équipes, leur expertise, tout en offrant aux Québécoises et Québécois des activités, quelles qu’elles soient, en fonction des règles sanitaires qui prévaudront d’ici le “vrai” retour à la normale », a fait valoir le président-directeur général du RÉMI, Martin Roy.

Le budget du Programme d’aide aux festivals et événements touristiques était avant cette annonce d’environ 25 M$ par année. Le Programme soutient annuellement près de 200 festivals et événements de toutes tailles et dans toutes les régions du Québec.


Mémoire dans le cadre des consultations prébudgétaires du gouvernement du Québec

Vous pouvez consulter le mémoire déposé par le RÉMI dans le cadre des consultations prébudgétaires du gouvernement du Québec en cliquant sur le lien ci-bas.

Consulter le mémoire

Les recommandations du RÉMI dans le cadre des consultations prébudgétaires du gouvernement du Québec :

• un ajout ponctuel de fonds au programme d’aide financière aux festivals et événements touristiques

• un allègement temporaire des conditions du programme d’aide financière aux festivals et événements touristiques

• une augmentation temporaire des commandites des sociétés d’État


Rapport annuel 2019

Vous pouvez consulter le rapport annuel 2019 du REMI en cliquant sur le lien ci-bas.

Consulter le rapport

C’est dans un contexte rempli d’incertitude que le Regroupement des événements majeurs internationaux a entamé sa 20e année d’existence. Bientôt vingt ans à avoir les yeux grands ouverts sur l’environnement d’affaires dans lequel évoluent les membres, sur les décisions des élus et tout le reste. Bientôt vingt ans, à chercher des solutions avec les partenaires et les gouvernements.

Ce Regroupement s’avère aujourd’hui tout aussi nécessaire et pertinent qu’à sa naissance.


CRISE DE LA COVID-19 : LE RÉMI ET FAME APPLAUDISSENT LES NOUVELLES MESURES À L'INTENTION DES ARTS ET DE LA CULTURE

Le Regroupement des événements majeurs internationaux (RÉMI) et Festivals et Événements Majeurs Canada (FAME) accueillent favorablement les détails concernant les 500 M $ pour les secteurs des arts, de la culture et du sport annoncés aujourd’hui par le ministre du Patrimoine canadien, l’honorable Steven Guilbeault. Les organisations considèrent que ce sont des premiers pas significatifs dans la longue marche pour la survie de leurs membres, puis vers la reprise et la relance de leurs activités.

Parmi les mesures annoncées aussi en marge, la prolongation de la Subvention salariale d’urgence était souhaitée et devrait, elle aussi, aider le secteur événementiel.

Des 500 M $, 198,3 M $ seront accordés à travers les programmes existants à des organisations qui auront démontré leurs besoins. Les deux programmes qui concernent les festivals et événements, le Fonds du Canada pour la présentation des arts et le Développement des communautés par le biais des arts et du patrimoine, sont réputés être sous haute pression depuis de nombreuses années, bien avant la crise, alors que les demandes excédaient les ressources d’au moins 40 %.

Il est également intéressant de noter que la "phase 2" de cette mesure permettra de financer des organisations qui ne reçoivent pas de fonds du ministère du Patrimoine canadien actuellement. Ce pourrait être une bonne nouvelle pour de nombreux événements et festivals qui, par le passé, n'ont pas pu obtenir de soutien de Patrimoine canadien. Le RÉMI attend donc de plus amples informations sur la phase 2.

Au cours des dernières semaines et tout juste hier, devant le Comité permanent des Finances, le RÉMI et FAME ont esquissé quatre mesures qui seront essentielles dans la suite des choses. L’octroi des subventions régulières et l’élargissement de la subvention salariale d’urgence y figurent. Il restera éventuellement à trouver des solutions vis-à-vis des déficits. Il s’agit d’abord de voir dans quelle mesure l’annonce d’aujourd’hui permettra de les réduire et à quelle hauteur. Bien sûr, la relance devra faire l’objet d’annonces ultérieures. À cette fin, les associations croient qu’une « version 2.0 » du Programme de manifestations touristiques de renom mis de l’avant après la crise de 2008 est requise.

Détails des mesures annoncées :

Communiqué de presse : https://www.canada.ca/…/fonds-durgence-relatif-a-la-covid-1…Document d'information : https://www.canada.ca/…/informa…/fonds-urgence-soutenir.htmlFoire aux questions : https://www.canada.ca/…/fonds-urgen…/questions-reponses.html


DEMANDE DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC D’ANNULER LES FESTIVALS ET ÉVÉNEMENTS JUSQU’AU 31 AOÛT 2020 : RÉACTION DU RÉMI

Alors que les annulations et reports de festivals et événements se multiplient depuis des semaines dans l’ensemble du Québec, la demande du gouvernement du Québec d’annuler les festivals et événements prévus jusqu’au 31 août 2020 est accueillie favorablement par le Regroupement des événements majeurs internationaux (RÉMI).

Le RÉMI estime en effet que les organisateurs d’événements et festivals ne sont pas ceux qui sont les mieux placés pour prendre, à la pièce, ce type de décisions lourdes de conséquences. S’il était facile de convenir que les événements et festivals des toutes prochaines semaines ou mois ne pouvaient se tenir – alors que les frontières sont fermées, notamment – il devenait difficile de prédire la suite et de statuer sur la tenue des grands rendez-vous durant la deuxième moitié de l’été. Il était également de plus en plus risqué d’engager d’importantes dépenses sur des événements sans avoir la certitude de pouvoir les tenir, surtout après que le premier ministre du Québec ait déclaré au cours des derniers jours que la « règle des 2 mètres va s’étendre sur une plus longue période » et que « ça va prendre un certain nombre de mois avant qu’on soit capable d’autoriser des rassemblements de plusieurs personnes ».

Le RÉMI est évidemment favorable à toute mesure qui vise à limiter la propagation de la COVID-19 et juge, tout comme les autorités, que la priorité va à la santé publique.

Le RÉMI souhaite que tous les niveaux de gouvernement fassent des annonces rapidement à l’égard du versement des subventions régulières, de mesures permettant de faire face aux éventuels déficits dans les différentes organisations, ainsi qu’en prévision de la relance éventuelle de l’industrie touristique et, particulièrement, événementielle. Le Regroupement demande également que les mesures annoncées pour les travailleurs et les entreprises du secteur événementiel tiennent compte de leur réalité unique. Il poursuit à cet effet ses discussions avec l’ensemble de ses interlocuteurs.


ANNULATIONS ET REPORT D'ÉVÉNEMENTS MAJEURS INTERNATIONAUX : RÉACTION DU RÉMI

Le Regroupement des événements majeurs internationaux (RÉMI) estime que, dans les circonstances exceptionnelles qui prévalent actuellement au Québec et dans le monde, les organisateurs d’événements majeurs internationaux qui devaient se tenir en mai et juin ont pris des décisions difficiles et courageuses.

S’il se désole de voir ces extraordinaires rendez-vous être annulés, le RÉMI est évidemment favorable à toute mesure qui vise à limiter la propagation de la COVID-19.

Le RÉMI fait aussi valoir qu’une annulation à la dernière minute, ou même à un mois d’un événement, aurait été la pire chose à faire puisqu’à ce moment une bonne part des dépenses auraient déjà été engagées par les festivals et événements. En n’ayant pas actuellement l’assurance de pouvoir se tenir dans aussi peu que deux mois, les événements et festivals courraient un trop grand risque de faire un déficit monstrueux, qui aurait pu mettre en cause leur pérennité de façon encore plus importante que maintenant, alors que les défis et les manques à gagner sont déjà importants.

Le RÉMI souhaite que les gouvernements fassent des annonces au cours des prochaines semaines, à l’égard du versement des subventions régulières, de mesures permettant de faire face aux éventuels déficits dans les différentes organisations ainsi qu’en prévision de la relance éventuelle de l’industrie touristique et, particulièrement, événementielle.

Les Francos de Montréal, le Festival Go Vélo de Montréal et le Festival international de Jazz de Montréal sont les événements majeurs internationaux qui ont annoncé aujourd’hui l’annulation de leur édition 2020. De son côté, devant se tenir en juillet, Juste pour Rire a décidé de reporter son événement à l’automne.


Formation du conseil des ministres à Ottawa : FAME ET LE RÉMI ACCUEILLENT LA NOMINATION DE NOUVEAUX PARTENAIRES FÉDÉRAUX

MONTRÉAL, 20 NOVEMBRE 2019 — Festivals et Événements Majeurs Canada (FAME) et le Regroupement des événements majeurs internationaux (RÉMI) se montrent enthousiastes face à la formation du nouveau conseil des ministres libéral. Alors qu’ils accueillent de nouveaux visages tels que Steven Guilbeault au Patrimoine canadien et Bill Blair à la Sécurité publique, ils retrouvent des partenaires avec qui ils ont récemment travaillé, dans des rôles modifiés, dont Navdeep Bains à l’Industrie et Mélanie Joly au Développement économique. FAME et le RÉMI ont hâte de travailler avec ces nouveaux interlocuteurs pour le développement de la culture, du tourisme, la croissance économique et la sécurité, afin de créer un meilleur environnement d’affaires pour tous les festivals et événements canadiens.

Si le Tourisme ne figure pas dans le titre de la ministre Joly, FAME et le RÉMI ont la conviction qu’elle pourra continuer son bon travail dans le dossier, à travers les agences de développement économique, elles qui soutiennent les besoins variés des festivals et événements, notamment à travers le Fonds d’expériences canadiennes. Les agences ont un rôle important à jouer à l’égard des festivals et événements qui sont considérés comme des moteurs de développement économique et touristique.

En 2018, une étude de KPMG évaluait qu’un groupe de 17 événements canadiens générait annuellement 17,3 M$ en taxes et impôts pour le gouvernement du Canada, à partir d’un investissement fédéral de 9,7 M$. En une année fiscal, Ottawa récupérait 1,78 fois sa mise, ceci sans considérer l’impact aux niveaux provincial et municipal en matière d’emploi, d’économie et de culture.

Au cours du dernier mandat, le gouvernement libéral a fait des investissements prometteurs dans les programmes qui bénéficient aux festivals et événements, avec le Fonds d’expériences canadiennes, le Fonds du Canada pour la présentation des arts et le Développement des communautés par le biais des arts et du patrimoine. Toutefois, parce que ces investissements viennent à terme en 2020-2021, FAME et ses partenaires culturels et touristiques souhaitent rapidement travailler avec les nouveaux titulaires pour les renouveler et assurer un soutien continu pour l’industrie.

Télécharger le communiqué en PDF