Dans la foulée des consultations sur le renouvellement de la politique culturelle qu’a lancé il y a quelques mois le ministère de la Culture et des Communication, le RÉMI a préparé un mémoire dans lequel il propose l’adoption de mesures qui viendraient donner un second souffle au développement de l’industrie. Dans son mémoire, le RÉMI formule neuf recommandations au ministre de la Culture et des Communications, M. Luc Fortin.

  1. De façon à indexer des sommes qui sont historiquement les mêmes et admettre au Programme quelques nouveaux événements et festivals québécois de la SODEC, ajouter des ressources au Programme d’aide à la diffusion en variétés, tout particulièrement au volet Aide aux événements nationaux et internationaux. Procéder à une augmentation proportionnelle du côté du CALQ.
  2. Reconnaître le rôle de diffuseurs de variétés que sont les événements majeurs internationaux (et autres festivals et événements), même si d’autres composantes de la programmation font en sorte que les variétés n’en sont pas les seules. Ajouter des sommes en lien avec ces éventuels ajouts au Programme.
  3. Prévoir des pratiques administratives assurant une meilleure prévisibilité pour les événements majeurs internationaux, incluant des ententes triennales.
  4. Évaluer la possibilité de reconnaître le rôle structurant d’un certain nombre d’événements majeurs internationaux à travers un nouveau statut de « Grand festival national » et pourvoir pour ceux-ci un cadre d’intervention spécifique et ciblé doté de moyens considérables.
  5. Travailler de concert avec le ministère du Tourisme du Québec, afin d’évaluer la possibilité que cette reconnaissance (à titre de « Grand festival national ») et cette intervention aient un caractère gouvernemental plutôt que sectoriel.
  6. De façon à pouvoir accueillir de nouveaux événements, mais aussi pour favoriser la croissance de l’industrie et, du point de vue culturel, une plus grande diffusion des variétés, le ministère doit édicter des règles d’indexation automatique ou d’augmentation programmée.
  7. Prévoir un soutien spécifique à l’innovation, à la numérisation et aux nouvelles initiatives qui permettront aux diffuseurs que sont les événements majeurs internationaux de rejoindre un plus vaste public.
  8. Évaluer la mise en place de nouvelles mesures fiscales, de crédits d’impôt notamment, afin de donner à l’industrie événementielle un accompagnement automatique du type de ceux qui prévalent en cinéma et en audiovisuel.
  9. Jouer un rôle actif afin de ramener le gouvernement fédéral dans le dossier des festivals et des événements, plus particulièrement celui des événements majeurs internationaux, avec un programme dédié et spécifique.
Consulter le mémoire